Vers le nord, tant qu’on peut – 27 juillet au 16 août 2020

Petit séjour à Atlantic Highlands. On retrouve les amis de La Metta qui sont arrivés juste après nous de leur traversée.

Nous en profitons pour célébrer dignement l’anniversaire de Kévin avec de la bonne pizza. Miam!

Nous quittons Atlantic Highlands le 30 juillet vers 10h30, une heure avant l’étale pour profiter de la marée montante dans le port de New York. Calcul un peu juste, nous aurions été plus confortables de partir exactement à l’heure de l’étale de marée basse (heure prise dans le canal d’entrée de la pointe de Sandy Hook). En partant trop tôt, nous avons rattrapé le courant et nous l’avons donc eu contre nous un petit bout de temps devant la ville de New York. Moteur à son régime optimal, nous avançons à 3 noeuds. Qu’à cela ne tienne, nous en avons profité pour admirer la Grosse Pomme et sa Grande Dame. Au contraire d’autres équipages qui sont passés plus tôt que nous, il y avait un peu d’activité maritime dans le port, mais pas autant qu’à l’automne.

Crédit photo: Seb

Entre le Verrazano et le Tappan Zee, nous saluons la ville. La marina de la 79th semble toute nue sans ses traditionnels moorings. Nous avons failli ne pas la voir…

La marina de la 79th semble minuscule sans son champ de moorings…

À nous l’Hudson vers Croton Point (ça fait toujours rire les filles ça, Crotonnn… hihi).

Nous nous arrêtons dans Haverstraw Bay, juste au nord de Crotonnnnn Point, mais pas avant d’avoir été contrôlé par la police maritime. Vous arrivez d’où? Vous allez où? Vos papiers s.v.p… Somme toute des policiers bien sympathiques, dont leur représentant que nous avions déjà croisé quelque part, probablement lors de notre contrôle à Cape May à l’automne. Les agents s’assurent que nous avons tout ce dont nous avons besoin (diesel, eau, provisions) et nous souhaitent bonne route.

L’Hudson. Quelle magnifique rivière. J’adore ses paysages tout en montagnes et en forêts. Et ses berges et ses eaux sont remplies d’histoire.

Nous renouons avec plaisir avec les trains, passagers sur la rive est, interminables marchandises sur la rive ouest.

Nous faisons une courte navigation le lendemain pour avoir des courants favorables, cette journée-là et la suivante. Nous nous arrêtons en face de Pollepel Island. Comme notre prochaine étape est Catskill pour le démâtage, nous en profitons pour enlever la grand voile dont nous ne devrions pas nous servir pour le reste du trajet. Et comme nous avons réussi à être efficaces, nous nous faisons plaisir en allant faire un tour de zodiac au château Bannerman, la ruine de l’île Pollepel. C’est fascinant de s’imaginer ce qui a pu se dérouler comme histoire ici.

Samedi 2 août.

Nous naviguons jusqu’à Catskill. On devait s’ancrer mais on se paye le luxe d’aller à la marina tout de suite. Nous appelons Mike de la marina Riverview qui semble débordé, il vient de commencer une affaire de location de kayaks et il en a plein les bras!!

-« AH, it is a NUTHOUSE here at the moment but just show up at the service dock and make some LOUD noise when you get there so I can hear you but anyway, welcome home!!”. Clic. (téléphone raccroché).

Nous rions pendant quelques minutes.

À notre arrivée à Riverview nous réalisons que nous sommes bien ici. Revenir à un endroit où nous sommes déjà passé et où nous sommes bien, ça fait du bien!

Nous travaillons à déshabiller Océo. Les choses nous semblent beaucoup plus facile. L’expérience fait son œuvre.

Nous démâtons lundi le 3 août. Ça y est, Océo est prêt pour le Canal Champlain.

Maintenant, nous avons un choix à faire : Isaias s’en vient demain en après-midi. Isaias, ce n’est malheureusement pas de la belle visite, c’est la 9e tempête nommée cette année et elle a décidé de venir dire bonjour à l’état de New York. Pouvez-vous me nommer une autre tempête qui commence en I et qui a visité le nord… Irene, ça vous dit quelque chose? Certaines installations ne s’en sont jamais remis, la face montagneuse de Catskill s’est trouvée modifiée pour toujours après le passage de la jolie Irene. Elle avait même abouti au Lac Champlain et causé pas mal de dommages. Alors les gens sont nerveux ici…

Nous décidons de rester à la marina. Mike bouge les bateaux (nous inclus) et les met face au courant de la rivière. Parce qu’ici ce qu’il y a de pire, c’est la crue des eaux des montagnes qui descendent et peuvent augmenter le niveau de la rivière de plusieurs pieds.

Nous suivons la progression d’Isaias sur le Hurricane Center et sur d’autres sources. Il me semble que le centre de la tempête dévie un peu vers l’ouest… Un avantage cette fois : la tempête doit passer de jour. C’est toujours plus rassurant!

On surveille Isaias

À 14h, les vents commencent. Puis la pluie. Au final, la tempête nous a pratiquement évité. L’eau rouge de la rivière Catskill a bien monté un peu, mais rien d’inquiétant. Nous étions bien préparés et nous sommes heureux quand cette préparation ne sert pas!!

Mercredi 5 août.

Départ de Catskill. Ça commence à sentir la maison. Petite route jusqu’à Houghtalin Island, juste pour couper le chemin jusqu’à Waterford en deux et prendre le temps de nous préparer pour Troy.

Troy. L’écluse fédérale. Les tuyaux autour desquels il faut passer nos cordes. Nous n’avons plus notre équipier avec nous, il va falloir travailler à deux… mais attendez, c’est vrai, on a des petits moussaillons à former! Mathilde et Daphnée sont heureuses d’avoir enfin la permission de participer activement à l’éclusage!

Prêtes pour les écluses, oui ça prend des gants Daphnée!

Jeudi 6 août.

En route vers le Canal.

Nous décidons de passer une seule corde autour du tuyau de l’écluse, attachée au centre de notre bateau. Mathilde veut la tenir. Malheureusement, une seule corde, c’est forçant. Je dois la lui reprendre et lui céder ma gaffe. Bilan : Première écluse en famille réussie, mais c’est forçant!

Arrêt au mur de Waterford. Plan de navigation initial : passer deux nuits à chaque mur (Waterford, Fort Edward et Whitehall) pour laisser le temps à l’écluse C12 (Whitehall) d’ouvrir après ses travaux, ouverture prévue le 10 août.

Vendredi 7 août, nous recevons une bonne nouvelle :

C’EST OUVERT! Danielle et Jean de Subtil, qui étaient à Whitehall depuis un petit bout, nous tenaient informés de la progression des travaux. Ils ont probablement été dans les premiers à passer. Bonne nav jusqu’à la maison les amis!

Nous ne resterons donc qu’une nuit à Fort Edward et une nuit à Whitehall, question d’accélérer la remontée vers le nord. Les obstacles sur la route de notre retour commencent à s’estomper.

Les filles prennent leurs aises dans l’éclusage, elles sont rendues pro et suscite l’admiration des éclusiers pour leur habileté. Certains se rappellent même de nous à l’automne, principalement grâce aux enfants. Nous sommes bien fiers de nos filles!

Évidemment qui dit défi, dit établissement de palmarès! Notre meilleure écluse ayant été celle de Fort Edward, la C7, selon la classification spéciale de Mathilde et Daphnée.

Le dimanche 9 août, ça y est, nous sommes au Lac Champlain. Nous avons le plaisir de retrouver Sous le Vent à Westport. Les visages sont radieux. La maison est proche.

Lundi le 10 août, direction Shelburne Bay. Notre premier plan était de nous rendre à North Beach, mais une alerte d’algues bleues et un vent du sud nous ont fait changer d’idée.

Nos amis de La Metta restent avec nous deux nuits. Nous en profitons pour aller explorer les sentiers du Shelburne Bay Park et ils nous invitent même à souper. Nous sommes chanceux!

Nous sommes donc à Shelburne depuis presque une semaine.

Beaucoup d’américains sur l’eau sont venus nous voir. Plusieurs sont intéressés par nos aventures. Notre histoire semble faire le tour de la communauté de voileux américains du Lac et il y en a même qui sont venus nous voir exprès pour nous offrir de l’aide, une voiture, des denrées, de la bière (!) parce qu’ils avaient entendu qu’une petite famille se trouvait « coincée » dans la Baie de Shelburne. Je suis vraiment épatée par l’esprit d’entraide aux États-Unis.

Des bienfaiteurs qui sont venus offrir leur voiture pour faire des courses

De notre côté, nous sommes donc en train de jongler avec nos options. L’annonce de la prolongation de la fermeture des frontières complique un peu notre logistique matérielle. Comment allons-nous ramener tout le contenu du bateau si nous le laissons aux États-Unis? (solution privilégiée pour le moment). Il faut considérer la possibilité que les frontières n’ouvrent pas cet automne, ou encore pas du tout l’été prochain… Il faut donc louer un véhicule pour pouvoir ramener notre maisonnée.

Alors pour nous aider à la décision, nous prenons du bon temps. Nous profitons de l’EAU DOUCE (!!!) du lac pour nous baigner, sortir le paddleboard… Les filles se sont mises à la pêche, Daphnée a même ramené un superbe achigan de quelques livres que nous avons dégusté au souper.

Je mets ma planification scolaire à jour… Je me dis qu’encore une fois, nous aurons une année avec des rebondissements, surtout si nous devons revenir chez nous fin septembre… Peut-être allons-nous commencer l’enseignement des matières de base un peu plus tôt que la rentrée scolaire officielle.

Malgré que nous sommes très bien accueillis ici, nous avons hâte d’être à la maison. D’être chez nous, dans un environnement familier. Notre entourage nous manque. On s’en vient. Bientôt!

P.S. : un mot pour mon amie Allison: I think about you my friend, my heart is with you. xxx

2 commentaires sur « Vers le nord, tant qu’on peut – 27 juillet au 16 août 2020 »

  1. Quelle joie de vous lire et de voir ces magnifiques photos qui jalonnent votre périple! Merci mille fois!
    Je vous suis affectueusement et respectueusement. Vos filles sont des championnes!!! Bravo à vous mais aussi à elles…
    Mais, je me demande: comme votre maison était louée pour 2 ans, comment vous organisez votre retour?
    Ta mère, belle-mère et grand-mère a sûrement hâte de vous serrer dans ses bras…après le confinement obligatoire bien sûr!
    Merci Sébastien d’avoir répondu à mon invitation car j’ai eu beaucoup de problèmes pour recomposer mon carnet d’adresses!!!
    Je crois que c’est Mélanie qui écrit alors, merci à toi et combien j’ai apprécié tous ces messages.
    Je continue de vous suivre jusqu’à bon port!

    Tante Thérèse XX xxx

  2. Salut la gang on a hâte de vous voir si jamais vous avez besoin d un coup de main dites le nous ça nous fera plaisir de vous aidez bye à bientôt on vous aimes xxx🥰🥰😇😇🐣🐣🐣

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *