Georgie à la vitesse de l’éclair – 9 au 12 avril 2020

Nous n’avions pas fait la Georgie à l’aller. Nous avions fait le saut en mer de Beaufort en Caroline du sud jusqu’à Cumberland Island. Oui, cette dernière est bien en Georgie mais on est tout à côté de la Floride. Alors, pour nous, c’était une première.

J’avais toujours imaginé la Georgie comme un très long méandre de marais. J’avais vu juste!

Je n’avais juste pas imaginé que j’aimerais autant ses paysages. Le calme nous envahit en Georgie. Il peut se passer une journée entière de navigation sans voir ni bateau ni civilisation. Juste les dauphins, les pélicans, les aigles, les lamantins et la nature pour nous tenir compagnie.

La Georgie a un effet apaisant sur moi. Il me semble que j’aurais aimé la parcourir à voile, avancer à 2 ou 3 noeuds dans les labyrinthes verts et bruns… mais peut-être mon âme romantique s’emporte-t-elle…

Ce qui est bien c’est qu’il y a beaucoup d’ancrages et peu de distance entre eux. Nous avons donc le loisir de faire la distance qui nous convient de jour en jour. En bonus, cette partie de l’Intracostal a été draguée à l’automne dernier et les profondeur sont la plupart du temps plus que suffisante. En partant toujours à mi-marée montante, nous n’avons eu aucun stress de haut-fond. Déjà quand on dit aucun stress, ça commence bien!

L’absence de stress vient aussi de Super Maryse de Boreal Blues qui nous a donné des tas de détails sur la navigation qu’elle avait faite une semaine avant nous. Précieux! Gros merci Maryse!

Le jour de Pâques nous avons franchi la limite de la Caroline du sud. Byebye Georgie. Je crois que toi, tu vas me manquer. L’horizon à 360 degrés des marais de la Georgie, à voir au moins une fois dans sa vie!

La Georgie en photos, ça ne lui rend pas justice…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *