On rêve de chaleur entre Myrtle Beach et Charleston, 13 au 18 novembre

Notre rêve de chaleur se fait attendre. Je croyais qu’après les températures glaciales d’il y a quelques jours nous aurions un répit. Oh oui nous l’avons eu. Une journée à 12 degrés. Et on chute maintenant jusqu’à moins deux. On souhaite ne pas se réveiller avec 2 pouces de neige sur le pont. On révise nos espérances à la baisse, on veut juste que le mercure dépasse les 10 degrés.

Fini les promesses de chaleur aux filles. On y va plutôt avec des après-midi popcorn/ chocolats chauds/ film et on espère qu’on pourra peut-être tremper un orteil dans les piscines a Disney.

Nous qui avions pensé profiter de la chaleur et de la mer, rien de tout cela. La météo nous chasse de partout, et on essaie d’avaler des miles à en faire une indigestion mais même là ça ne suffit pas. Un marin qui suit le même chemin que nous a même rapporté une chute de neige à Savannah en Georgie. Oui, en Georgie, juste avant la Floride!!! Va falloir aller se chercher des suits de skidoo je pense.

Un 12 novembre où on annonce 0 que fait-on? Des muffins et du pain! Et on profite des installations de la marina.

13 novembre
Nous quittons la marina. Nous avons besoin d’avancer et qu’il fasse chaud mais nous sommes résignés à devoir endurer ça encore un bout.
Les flaques d’eau sur les quais sont gelées. Nous avons l’air de dragons lorsque nous ouvrons la bouche après une gorgée de café. Il n’est pas très tentant de se lancer sur l’eau par une telle température mais ça ne s’arrêtera pas de sitôt, une autre vague de froid revient dans 2 ou 3 jours. Notre seule garantie (on l’espère) réside dans notre entrée en Floride. Que nous pensons atteindre dans 10 jours. C’est long, 10 jours dehors à 0 degré.

En attendant, les filles ont notre confort à coeur. Elles savent que nous avons eu froid à naviguer toute la journée alors elles voulaient nous donner chaud un peu…

Nous arrivons à notre ancrage choisi, recommandation de nos amis. TOUTE la zone est envahie de crab pots. Pas possible de s’ancrer ici… sauf peut-être ce petit trou là-bas… On surveille la profondeur, si on va un peu trop à gauche on s’échoue. Et tout à coup, Seb perd tous ses instruments! Tout est éteint, je cours en bas pour voir si un fusible est sauté…mais non, ce sont les filles qui s’étaient fait une cabane avec les coussins du carré et le plus gros est tombé sur le panneau électrique en éteignant l’interrupteur des instruments de navigation. Vite on rallume le tout et on réussi à s’ancrer sans s’échouer. Ouf! On a eu très chaud!!

Ancrage dans la South Santee River

14 au 18 novembre
Bon ça y est, il faut recharger nos batteries personnelles. Le moral est au plus bas, ce n’est pas agréable de naviguer dans le froid et les gros vents et c’est encore ce qui approche pour les prochains jours. Les 15 degrés annoncés ont plutôt frôlé les 8-9 et le 30% de pluie s’est révélé être un 100% de pluie battante.

Un capitaine gelé

Aux grands maux les grands remèdes, on prend une marina et on fait une pause. On appelle la marina municipale de Charleston, ils sont complets. Le centre maritime… complets aussi. Zut.

Nous ne voulons pas rester à l’ancre avec les 40 noeuds de vent annoncés pour deux jours avec des températures très froides. 

Si il y avait une ville que je voulais vraiment visiter c’est Charleston… Je n’avais pas envie de passer tout droit mais je sentais qu’il allait falloir que je m’y résoude.

Nous avons fait un dernier appel au Charleston Harbor and Resort marina. Plus cher que les autres et de l’autre côté de la rivière, donc pas à Charleston même. Ils ont de la place. Allons nous cacher, on verra pour le reste.

On nous assigne au quai A. Je vais sur le pont pour ajuster les amarres et là j’ai une vue ouverte sur la grande baie de Charleston et sur la mer. Que c’est magnifique!

Nous découvrons aussi un peu plus tard que grâce à la structure des quais de cette marina et à la géographie de la baie, nous nous trouvons devant le garde-manger permanent de groupes de dauphins. Nous pouvons les observer pratiquement toute la journée (la pluie et le froid ne les dérange pas, eux!). Ils sont également très curieux et certains, lorsqu’ils nous voient sur le quai, s’approchent pour sauter juste devant nous!

Comme la météo était vraiment mauvaise nous n’avons pas pu profiter du resort terrien parce que presque tout était fermé. C’est dommage, j’aurais bien aimé me tremper dans le spa et faire quelques longueurs dans la piscine chauffée!

Nous établissons une liste de priorités:
1) aller acheter du chauffage. Nous avions laissé les nôtres à la maison, surtout que nous sommes partis en pleine canicule.
2) l’épicerie est plus que nécessaire.
3) visiter Charleston, si on peut.

On utilise Uber pour la première fois de notre vie. On se rend au Walmart, on y fait le plein et ça coûte cher mais on sera au chaud et plein de victuailles! Donc 2 items de la liste sur 3 de réglés!

Reste la visite à Charleston. On décide d’y aller le dernier jour de notre réservation de marina.

Il fait froid mais on s’habille comme des ours. Il pleut un peu mais on se munit de parapluies et imperméables. Seb sort dans le cockpit. Il rentre la tête presque aussitôt à l’intérieur et il dit seulement: « euh, Mel… ». Il sait que je tiens à cette visite . Je viens le rejoindre à l’extérieur et je vois les trombes d’eau tomber, parfois même à l’horizontale… et je sais que je dois oublier Charleston.

Nous rentrons au chaud à l’intérieur et nous décidons plutôt de planifier notre navigation. Pour choisir un ancrage il est préférable de connaître les vents annoncés pour s’en protéger, question de bien dormir. En sortant nos sources météo nous voyons que loin de se calmer, comme prévu, ce qui nous tombe dessus restera sur nous pour 24 heures de plus. Je me rhabille comme un ours, je laisse tomber le parapluie qui me serait inutile dans ces vents de fou, je fais un trou dans le budget et je vais réserver une nuit supplémentaire à la marina!

Et pour changer, demain, ils annoncent du soleil! Alors que fait-on le lendemain? On prend la navette inclue dans notre resort super cher et on s’en va à Charleston!!

Bien habillées pour la visite

Nous avons marché dans les rues pendant quelques heures. Nous avons squatté un petit parc sur le terrain paisible d’une magnifique église. Nous avons dégusté des pralines tièdes, tout juste cuisinées devant nous. Il a fallu que je protège ma petite Livia, la dame du magasin voulait l’engager pour sa promotion. C’est que nous sommes rentrées juste les filles dans la boutique et la dame nous a fait goûter ses pralines. Miam, un délice! Mais Livia la généreuse ne voulait pas que son papa soit en reste alors elle est allée sur le trottoir et en faisant de grands gestes elle a crié: viens goûter, c’est trop bonnnnnnn!  Avec son air adorable, et même si les gens ne comprenaient pas le français, elle a attiré son papa ainsi que plusieurs passants dans la boutique!

Charleston a été une visite un peu surréelle. Pour moi, Charleston rimait avec une chaleur un peu humide du sud. Il était donc étrange de se promener dans les rues bordées de palmettos dans un climat hivernal froid et sec. On aurait même dit que ces arbres ne comprenaient pas trop ce qui leur arrivait. Si on regarde mes photos, on s’imagine de la chaleur. C’est très spécial.

Au final, je ne sais pas si c’est à cause du froid, mais Charleston m’a un peu déçue. Je m’attendais à une ville vibrante, jolie, pleine de vie. C’est très beau, il y a beaucoup d’histoire ici. Mais mon coeur n’a pas battu pour Charleston.

Alors nous pouvons finalement nous en aller. J’ai l’esprit en paix. J’ai visité Charleston.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *