Découvrir Annapolis, aimer St Michaels, 17 au 24 octobre

Annapolis

Au départ de Georgetown dans la Sassafras River, nous hésitons entre aller à Baltimore ou à Annapolis. Nous devons trouver un port assez près de la civilisation histoire de déposer notre équipier, il retourne chez lui dans les prochains jours. Snif.

Nous nous décidons pour Annapolis, c’est plus au sud! Vivement le sud!

Et nous allons encore une fois pour la facilité, nous prenons un mooring à 35$ la nuit.

Annapolis est LA ville des bateaux. De TOUTES les sortes de bateaux. Nous étions un peu déçus d’avoir manqué le « boat show » (immense foire de la voile) mais au final, en voyant déjà l’achalandage de la ville de fin de semaine, nous étions un peu contents de ne pas avoir été là pendant LA FOULE du boat show.

Annapolis est vraiment une jolie ville. Loin d’être une spécialiste en architecture, je ne saurais pas la décrire en des termes techniques. Mais pour moi, Annapolis est belle. Avec ses dédales à l’ancienne, des maisons dans la cour de maisons où l’on découvre d’autres maisons derrière, on a l’impression qu’on pourrait marcher pendant des heures sans avoir fait le tour de tous ses recoins. J’aurais aimé la découvrir plus en détails, son capitole m’attirait, mais les besoins d’approvisionnement ne me l’ont pas permis. Peut-être dans un prochain voyage…

Par contre, pour une ville de bateau, nous n’avons pas trouvé l’approvisionnement que nous escomptions. Comme nos amis de Jazzy Lady nous disaient : « on n’est peut-être pas les bateaux cibles, je ne pensais pas me magasiner une robe de soirée aujourd’hui »! Beaucoup de boutiques de luxe se trouvent sur la rue principale, tout comme beaucoup de petits restos « trendy » comme dit le guide. Mais pas d’épicerie en bonne et due forme près des mouillages au centre-ville.

Nous avons trouvé des denrées à la pharmacie CVS et du frais au Market House, juste à côté du quai à dinghy. Mais les grosses épicerie sont trop loin pour nous cette fois-là. Nous aurions pu aller au Graul’s mais nous l’avons trouvé trop tard et nous devions partir.

Avant de lâcher notre boule de mouillage, notre équipier nous a quitté. Nous avons eu la grande chance de pouvoir faire un bon bout de chemin avec Benoit. Il a tellement bien « fitté » dans notre voyage que c’était comme si il faisait partie de notre famille. Alors quand il est parti, ça a fait un grand trou. Les larmes ont coulé. Merci, merci, merci Benoit!

Départ d’Annapolis vers St Michaels. Destination qu’on nous avait chaudement recommandé. Enfin, nous ouvrons les voiles. J’aime beaucoup la baie de Chesapeake mais elle ne nous a pas beaucoup gâté question conditions de navigation. Mais aujourd’hui ça y est, 10 nœuds de vent et presque pas de vagues (oui on prendrait bien plus de vent mais pas de vagues, on s’en contente très bien!) Oh que ça fait du bien!

Malgré tout, ce fut encore une longue navigation. Mes calculs se révèlent souvent erronés quand à notre heure d’arrivée. Il faut dire que j’ai perdu mes pointes sèches (mon petit compas qui me sert à mesurer les distances) dans une des navigations. Elles ont dû se glisser dans un endroit que je n’ai pas encore fouillé. Peut-être en avaient-elles assez de compter des miles!!

Toujours est-il que ce n’est pas pratique, mes mesures de distances, comparées aux informations dans les guides et aux informations électroniques ne concordent pas. Une différence de 5 miles peut changer bien des choses entre une arrivée à 16h30 pour l’apéro et une arrivée vers 18h avec un soleil qui se couche droit dans notre tronche, tout ça en essayant d’éviter les « crab pots ».

Crab Pots, définition : piège à crabes, obstacle à la navigation essentiel à l’économie locale mais sans règle particulière quand à l’organisation de ses infrastrucures. Autrement dit, il peut y en avoir partout!! Il y a bien des zones qui sont délimitées et réglementées. Donc à ces endroits, c’est certain, il y en a! Mais ailleurs, si l’on navigue dans une zone de 25 pieds de profondeur et moins, il faut exercer une vigie. Et à ces moments on veut une belle lumière du jour et pas trop de vagues parce qu’un crab pot, ça peut avoir l’air de n’importe quoi. Tant que c’est petit et que ça flotte!! Et quand on est chanceux il y a un petit drapeau dessus! Lorsque nous circulons à moteur, nous risquons d’emberlificoter notre hélice dans les fils de ces pièges à crabe et ainsi se retrouver avec une impossibilité de se propulser sauf avec nos voiles. Habituellement, si nous naviguons à moteur c’est que nous ne pouvions pas utiliser les voiles alors on est un peu mal pris. Bien sûr, nous avons installé un coupe-orin, une espèce de lame de scie ronde format miniature qui se fixe sur notre arbre d’hélice. Mais bon, on aimerait mieux que ça n’aie pas à servir!

Je disais donc arrivée à St Michaels en fin de journée, coucher de soleil et crabs pots affrontés. La première impression, de loin, est très invitante. Nous avons hâte d’aller à terre le lendemain!

On se lève tard et on va dîner au Carpenter’s Street Saloon (le guide nous assurait d’un endroit familial, malgré le nom!).Quelle ambiance! Un beau décor et la nourriture était excellente. Les filles ont même rencontré une star locale : une sauterelle de 15cm de long!! Elle a fait un petit tour de resto avant d’atterrir successivement sur Mathilde, Livia, Seb et moi. Les cris des filles ont alerté le personnel qui se trouvait en cuisine (ainsi que pas mal tout l’état du Maryland!) et un client a agi en héros en venant capturer puis relâcher (au-dehors) ladite sauterelle. Toute une expérience.

On poursuit notre visite avec le musée. Ah, ce musée. La dame nous a bien averti à l’entrée, les enfants PEUVENT ET DOIVENT toucher à TOUT ce qu’ils veulent, c’est bien important! Ce qui ne doit pas être touché est derrière une vitrine et ce qui ne doit pas être déplacé est vissé au plancher ou collé aux meubles. Le reste, on touche à tout!! Imaginez leur joie! La dame nous explique aussi que notre entrée est valide pour 2 jours! Bon d’accord, vous nous avez eu, on va rester un jour de plus.

Dans le Thor, les filles peuvent peser sur tous les boutons disponibles. On peut ainsi partir le moteur, mettre les gaz, ajuster la radio, tourner la barre, actionner le klaxon. Il y a même une simulation de cuisine à l’arrière avec un petit poêle à bois. Mathilde ne cesse de répéter qu’un musée, c’est vraiment cool!

Mon bâtiment préféré a été la cabane des « watermen ». On y donne des informations détaillées sur les crabes bleus de la baie de Chesapeake, ainsi que sur la pêche aux huîtres. En prime, un bassin de crabes vivant et bien hargneux! Ça se bat! On ne met pas nos doigts là-dedans! En plus les filles peuvent remonter des cages à crabes et à anguilles. On peut même racler le fond de l’eau et remonter des huîtres. On touche à tout!

St Michaels a conquis mon cœur. Une belle accessibilité, des gens qui ont adapté leur village et leurs services pour les gens de l’eau, autant les pêcheurs que les plaisanciers. Voilà peut-être la différence entre Annapolis et St Michaels. Annapolis est une ville de bateaux. St Michaels est une ville de marins. Ce qui fait qu’on s’y sent bien, et surtout, bienvenus. Comme cette fois où je suis allée au Village Shoppe, l’épicerie fine locale, et que arrivant à la caisse je vois les trombes d’eau tomber. Le propriétaire qui m’avait aidé à trouver une idée pour mon souper (bisque de tomates maison!), est venu me voir pour me demander si j’étais à pied. Quand j’ai répondu oui il a demandé à sa femme de venir me reconduire jusqu’au port. J’étais TRÈS reconnaissante! Ou cette autre fois où nous cherchions un endroit pour prendre une douche chaude et que le responsable du Harbour Inn Marina me dit de venir dans son établissement sans problème et gratuitement, que c’est le moins qu’il puisse faire pour nous! Wow!

St Michaels aura aussi été l’endroit où on aura enfin pu prendre l’apéro avec nos amis de Jazzy Lady. Nous avions essayé de nous coordonner à Annapolis mais ça n’avait pas fonctionné et les enfants des deux bateaux étaient très déçus. La prochaine fois je devrai penser à prendre des photos!

Et nous avons ENFIN réussi à acheter des cous de poulet (au Village Shoppe). Nous allons pouvoir nous essayer à la pêche aux crabes sur Océo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *